Le lycée pro, à la croisée des chemins

TROGER

Le lycée pro, à la croisée des chemins

La réforme du bac professionnel aurait-elle changé la donne au sein de la voie professionnelle mais aussi du lycée dans son ensemble ? C’est l’analyse de Vincent Troger, chercheur au Cren (Centre de recherches en éducation de Nantes) qui identifie de nouveaux défis décisifs pour les établissements et leurs équipes. Propos recueillis par Aurélie Sobocinski »

Quels ont été les effets du passage du bac pro de 4 à 3 ans ?

Vincent Troger : Le premier constat global, c’est que l’enseignement professionnel ne se porte pas trop mal. La réforme a été un succès dans la mesure où les élèves qui entrent dans la voie professionnelle aujourd’hui arrivent pour plus de la moitié d’entre eux (59%) avec un projet d’études post-bac et pour 35% le concrétisent. Ce désenclavement de l’enseignement professionnel était l’un des objectifs phare de la réforme. Pour ces élèves qui, quels que soient leurs résultats antérieurs au collège, manifestent tous une grande lassitude à l’égard de l’enseignement général, mais dont les familles les poussent à continuer des études pour échapper aux risques de précarité sociale, le bac pro apparaît comme un bon compromis.
>> en savoir plus